Comment avez-vous été amenés à travailler avec la communauté de communes du Grésivaudan ?
Graphibus est spécialisé dans l’identité visuelle des réseaux de transport. La création va du choix du nom au dessin de la livrée, en passant par le logo et la charte graphique. Pour le Grésivaudan, nous avions déjà réalisé l’identité et l’aménagement de l’agence Mobi-G, à Crolles. Nous sommes repartis de cette m^me gamme de couleurs pour la nouvelle marque du réseau de transport. A l’issue de la consultation lancée par GR4, notre projet graphique a été retenu.
Comment est né le nom « TouGo » ?
TouGo est un clin d’oeil à la forme anglaise du verbe aller, mais la marque contient également l’adjectif indéfini « tous » qui désigne un groupe, un ensemble de personnes. La sonorité tonique des deux syllabes évoque un service dynamique, cela correspondait à ce que voulait renvoyer le Grésivaudan.
Comment s’est déroulée la réalisation des livrées de bus ? Quelles directives vous a donné le Grésivaudan ?
Notre atout, c’est qu’en plus de l’équipe de création de 15 personnes qui comprend des graphistes et trois directeurs artistiques, nous avons notre propre pôle de production près de Nantes, sur 4000 m2. Cela nous permet de mettre en œuvre les créations que nous avons conçues. Cela s’est passé de la même manière avec TouGo : l’idée était de donner un impact fort à la livrée, avec des contraintes budgétaires fortes. À la demande spécifique de la collectivité, nous avons représenté aussi des pictogrammes (vélo, tram, bus…) mettant en valeur l’aspect intermodal du transport sur le territoire. Une fois les livrées validées, les adhésifs ont été fabriqués chez Graphibus et posés durant l’été sur les 83 véhicules concernés dans le Grésivaudan.
Votre rôle est-il terminé ?
Pas du tout ! Nous créons l’image et accompagnons ensuite le réseau. Cela passe bien sûr par le suivi de la fabrication, les réparations d’adhésifs à effectuer, pour lesquelles nous envoyons nos techniciens. Par ailleurs, le réseau évoluera et aura besoin de nous pour décliner sa marque sur d’autres supports (plaquette, fiche horaire ou site internet,etc). Nous sommes les garants de l’image du réseau. Le but, c’est aussi que cette image bénéficie de liftings réguliers pour garder sa fraîcheur. Avec des évolutions presque imperceptibles, cela montre qu’il reste tendance. C’est ce que nous faisons notamment pour Angoulême, avec qui nous travaillons depuis 20 ans”. 

Propos recueillis par Aymeric Guittet
Connexion N°1012, novembre 2016